Quel est le meilleur break nerveux 2021 ?

Quel est le meilleur break nerveux 2021 ?

Si vous êtes un fidèle du blog, vous connaissez le principe de l'article : sélectionner les meilleurs breaks nerveux destinés aux papas (et mamans) pressés. La première sélection proposée en 2018, que vous trouverez ici-même, commençait à dater un peu, même si elle reste tout à fait valable dans le cadre d'un achat d'occasion. Le monde automobile évolue rapidement, voilà pourquoi cette sélection 2021 sera plus à-même de répondre à vos attentes. Alors quel break choisir ?


Notre sélection de breaks nerveux pour papas pressés

Choisir un break, c'est d'abord répondre à une exigence : le besoin d'espace. La famille s'est agrandie et deux choix se sont présentés : le break ou le SUV. Il y a quelques années, nous aurions pu parler des monospaces, mais ce créneau devient presque inexistant... A l'heure du choix, c'est finalement le break qui s'est imposé car un SUV, du fait de son physique, éprouve bien des difficultés à répondre à un autre critère important : le plaisir de conduite. Et comme vous êtes amateur de voiture, le choix devient évident : il vous faut un break avec suffisamment de puissance, autrement dit, un break nerveux. Vous pourriez aussi choisir un break sportif mais le niveau de consommation et le malus écologique grandissant sont deux freins majeurs qui pénalisent ces versions huppées. C'est la raison pour laquelle nous évoquerons seulement les modèles généralistes dotés de puissance allant de 150 à 200 chevaux.


Renault Mégane Estate E-Tech Plug-in hybrid 160 ch

Il fut un temps où Renault proposait une motorisation de 205 ch sur son break compact familial... Le durcissement inéluctable des mesures environnementales a conduit la marque au losange à retirer de son catalogue cette version pourtant très intéressante. Mais rassurez-vous, on trouve quelques modèles sur le marché de l'occasion à des tarifs très raisonnables. Sinon, si vous souhaitez un modèle neuf, il faudra choisir cette version hybride rechargeable. Eh oui, car pour faire diminuer les émissions de Co2, le secret c'est l'électricité. Il faudra s'habituer à ce tournant automobile, tous les constructeurs ont été obligés de s'y mettre. Au programme, un moteur 4-cylindres essence doté de 1.6 litre de cylindrée combiné à un moteur électrique, l'ensemble développant une puissance cumulée de 160 ch. Mais peut-on réellement parler de nervosité ? A la lecture de la fiche technique, rubrique performances, Renault annonce un 0 à 100 km/h réalisé en 9.8 secondes et un 1000 mètres départ arrêté en 31 secondes. Disons-le clairement, cette configuration hybride est avant tout destinée à économiser de l'essence, en se montrant, qui plus est, douce et agréable au quotidien. Et puis, cette familiale est également désavantagée par son poids, de plus de 1 600 kg à vide. Si ce sont les batteries qui sont responsables de cet embonpoint, elles permettent aussi une consommation mixte WLTP de 5.7 litres/100 km (voire beaucoup moins si vous l'utilisez quotidiennement en mode électrique) et une autonomie en mode 100 % électrique d'environ 40 km. Pour terminer, parlons d'un point important, la taille du coffre : ce dernier ne s'élève qu'à 447 litres contre environ 580 L sur la version diesel testée ici-même, ce qui représente une perte d'environ 140 litres. Les batteries prennent beaucoup de place...

 

Prix : disponible à partir de la finition Intens, cette configuration hybride rechargeable est vendue au prix de 39 500 €. Ce n'est clairement pas le break le moins cher... Heureusement, avec 29 g de CO2 par km (combiné pondéré WLTP), à l'heure actuelle un bonus de 2 000 € vient diminuer la note finale. Cette aide gouvernementale passera à 1 000 € à partir du 1er juillet 2021.

L'hybridation est arrivée tard chez Renault, mais le résultat est plutôt convaincant.

L'hybridation est arrivée tard chez Renault, mais le résultat est plutôt convaincant.

Un intérieur typiquement Renault à la qualité de finition moyenne...

Un intérieur typiquement Renault à la qualité de finition moyenne...

Ford Focus SW 2.0 Ecoblue 190 ch

C'est un constat que nous ferons souvent au cours de ce comparatif, les moteurs les plus puissants ont malheureusement disparu. Ford n'a pas échappé à cette triste règle... Autrefois proposée en version ST de 250 ch, la Focus break 5ème du nom, baptisée SW (pour Station Wagon), n'est plus proposée qu'en version 155 chevaux en essence "mild hybrid" (hybridation légère ou micro-hybride). Mais en examinant de près la gamme, il existe encore une très intéressante version diesel de 190 chevaux. Alors certes, les diesels n'ont plus la cote, mais si vous roulez beaucoup, cela reste un choix encore très cohérent. Sa cylindrée généreuse (2 litres) et son gros turbocompresseur permettent à ce break nerveux de profiter d'accélérations nerveuses, avec en particulier un 0 à 100 km/h abattu en seulement 7.7 s. Surtout, son couple important lui permet des reprises dynamiques même en cas de forte charge. Avec un espace pour les jambes généreux à l'arrière et un coffre de 608 litres, le break américain fait partie des plus logeables. Et pour définitivement vous faire succomber, sachez qu'ils consomme en cycle mixte WLTP, environ 5.5 L/100 km.

 

Prix : Commercialisé à partir de 36 450 €, ce break Focus diesel est fidèle à la tradition de la marque : proposer des modèles de qualité à des prix compétitifs. Prévoyez cependant, un petit malus compris entre 190 € et 280 € compte tenu de son niveau de pollution (entre 139 et 144 g de CO2/km WLTP).

Une ligne de caractère, en particulier avec la ligne de la ST.

Une ligne de caractère, en particulier avec la ligne de la ST.

Les habitués de la marque ne seront pas perturbés...

Les habitués de la marque ne seront pas perturbés...

Seat Leon ST 1.4 E-hybrid 204 ch DSG6

La Seat Leon ne fait pas partie des voitures auxquelles on pense spontanément dans cette catégorie. Pourtant, depuis de nombreuses années, la marque d'origine espagnole mais détenue par le groupe VW, produit des modèles dotés d'une image sportive et présentant un bon rapport qualité-prix. Si la précédente version essayée ici-même se montrait spacieuse, cette nouvelle version break ST (Sportstourer) de la Leon se montre malheureusement moins logeable, la faute vient encore une fois des batteries qui viennent amputer la partie basse de la soute, réduisant par la même occasion la hauteur de chargement. Au final, ce break ne peut contenir des bagages qu'à hauteur de 470 litres, soit légèrement plus que la Mégane évoquée plus haut. Pour disposer d'un soupçon de sportivité, il faut choisir le modèle hybride rechargeable développant la puissance cumulée confortable de 204 ch. Malgré un surpoids de 250 kg (!), les performances sont bonnes avec notamment l'exercice du 0 à 100 km/h réalisé en 7.7 s. Equipé de la bien connue boîte automatique à double embrayage DSG6, présentant un comportement sûr et dynamique, le break ibérique a tout ou presque pour séduire, avec en plus une consommation évidemment réduite (1.3 L/100 en cycle combiné thermique/électrique).

 

Prix : 36 450 €, c'est le prix d'entrée de gamme pour s'offrir ce break Leon hybride rechargeable, auquel il faut soustraire le bonus de 2 000 € (25 g de CO2/km) pout tout achat avant le 30 juin 2021 ; après cette date, il passera à 1 000 € seulement. C'est plutôt bien placé par rapport à la puissance, aux prestations proposées et aux propositions de la concurrence.

Cette version hybride est la proposition la plus puissante sur la Leon. Pour avoir mieux, il faut aller voir du côté de Cupra. Un très bon daily en perspective...

Cette version hybride est la proposition la plus puissante sur la Leon. Pour avoir mieux, il faut aller voir du côté de Cupra. Un très bon daily en perspective...

Un intérieur qui fait plus VW que Seat. Dommage de ne pas lui avoir donné une personnalité propre à travers une planche de bord spécifique.

Un intérieur qui fait plus VW que Seat. Dommage de ne pas lui avoir donné une personnalité propre à travers une planche de bord spécifique.

Skoda Octavia Combi 1.4 TSI PHEV 204 ch DSG6

Encore un modèle hybride rechargeable ? Eh oui, il s'agit d'ailleurs du même bloc moteurs thermique électrique et de la même boîte auto que chez Seat puisque Skoda fait également partie du groupe allemand VW. Mais chez la marque tchèque, on préfère adopter l'appellation PHEV pour Plug-in Hybrid Electric Vehicle. Si les performances sont relativement proches, le niveau de pollution est légèrement plus faible (23 g de CO2/km) du fait d'un niveau de consommation combiné inférieur (1 L/100). Si cette version déjà bien motorisée ne vous suffit pas, sachez qu'il existe une (habituelle) version RS de 245 ch hybride également, mais il faudra débourser près de 6 000 € de plus. En dessous, on trouve une plus classique version essence à 4-cylindres 1.5 L TSI de 150 ch qui n'est pas à négliger car elle offre un niveau de performances plutôt intéressant (0 à 100 km/h en 8.4 s). Avec des dimensions assez importantes pour la catégorie (longueur de 4.69 m), cette familiale propose un volume de coffre de 490 litres dans sa configuration PHEV et 640 litres (!) en TSI/TDI. De quoi déménager sans problème ou partir en vacances sans devoir laisser de côté certains équipements...

 

Prix : ce Skoda Octovia Combi PHEV 204 se négocie au prix d'appel de 37 400 €, il est ainsi 1 000 € plus cher (environ) que son homologue espagnol. Bonus de 2 000 € à déduire avant le 30 juin 2021 puis 1 000 € après cette date.

Il y a un peu de premium allemand dans cette ligne... La prise de poids est non négligeable et cela se ressent à la conduite.

Il y a un peu de premium allemand dans cette ligne... La prise de poids est non négligeable et cela se ressent à la conduite.

Un intérieur moderne bien que très germanique...

Un intérieur moderne bien que très germanique...

Toyota Corolla touring sports hybride 184 ch

Vous aimez les voitures, surtout les belles voitures, mais en tant que père (ou mère) de famille actif, vous êtes bien occupé et n'avez pas de temps à perdre. L'avantage avec ce break Toyota Corolla, c'est qu'en principe vous devriez rarement aller au garage car son système hybride, développé et amélioré par Toyota depuis plus de 20 ans, fait partie des plus fiables à l'heure actuelle. Contrairement aux propositions précédentes, ce break familial japonais ne propose pas de mode rechargeable, il s'agit d'un simple hybride dit autonome, capable de recharger ses batteries seul et utilisable au quotidien en mode 100 % électrique sur une courte distance (3 à 4 km maximum en gardant le pied léger...). Disponible en version 1.8 L 122 chevaux, un moteur qui a fait l'objet d'un essai complet ici-même sur la berline, le géant nippon propose désormais un plus musclé moteur 2.0 L de 184 ch qui permet de gagner 3 secondes sur l'exercice du 0 à 100 km/h (environ 9 s contre 12 s). Ce n'est peut-être pas le plus nerveux de ce guide d'achat mais il se rattrape sur un point : la capacité de son coffre. Car même si les batteries sont plus imposantes que celles de la version d'entrée de gamme, il offre une capacité de chargement de 580 litres, soit près de 100 litres de plus que l'Octavia, la Mégane et la Leon. Ce n'est pas négligeable lorsque l'on est à la recherche d'un véhicule spacieux...

 

Prix : 33 050 €, voilà un prix minimum logiquement bien placé par rapport aux hybrides rechargeables. Avec une consommation mixte combinée comprise en 4.5 et 5.3 L/100 km, le taux de CO2 oscille entre 101 g et 121 g de CO2/km, ce qui place (pour le moment) ce modèle dans la zone neutre du barème du malus écologique. Pas de bonus malheureusement sur les hybrides autonomes... 

Du style, l'asiatique n'en manque pas, en particulier dans cette finition Gazoo Racing (GR).

Du style, l'asiatique n'en manque pas, en particulier dans cette finition Gazoo Racing (GR).

Le traditionnel reproche fait à l'ensemble moteur-boîte CVT, notamment cette sensation de patinage excessif, a été en partie estompée. L'insonorisation a également été travaillée.

Le traditionnel reproche fait à l'ensemble moteur-boîte CVT, notamment cette sensation de patinage excessif, a été en partie estompée. L'insonorisation a également été travaillée.

Mazda 6 Wagon 2.5 194 ch

C'est certainement le plus beau break de cette sélection. Mazda produit depuis quelques années de jolis modèles et même si cette marque reste un peu méconnue en France, elle n'est pourtant pas à écarter de vos recherches, d'autant plus qu'elle est réputée pour la fiabilité et la robustesse de ses véhicules. Depuis le début de l'année, la marque ne propose plus qu'un seul moteur et une seule transmission sur ce break : un généreux 4-cylindres essence atmosphérique de 2.5 L de cylindrée et développant la puissance de 194 ch, bien aidé par une boîte automatique à 6 rapports. Fidèle à la technologie développée par la marque depuis quelques années, ce bloc, dépourvu de turbo, offre un fort taux de compression ce qui lui permet d'offrir un niveau de performances intéressant (le 0 à 100 km/h est réalisé en 8.1 s), mais aussi de diminuer son niveau de consommations et de rejets polluants. A la lecture de la fiche technique, le bilan se ternit un peu : si la consommation mixte théorique se montre raisonnable compte tenu de la puissance (7.6 L/100 km), le niveau de CO2 s'élève à 172 g de CO2/km avec une conséquence importante sur le budget qu'il faudra lui consacrer à l'achat. Reste à parler de la taille du coffre : le volume proposé ne s'élève qu'à 522 litres alors que ce break mesure près de 4.80 m. Le design ne serait-il pas passé en priorité ? Un dernier point : avec son réservoir de 62 litres, l'autonomie de ce break japonais s'élève à environ 800 km.

 

Prix : la gamme a été clairement simplifiée. Un seul moteur, une seule finition (riche en équipements), l'ensemble étant vendu au tarif de 42 100 €, auquel il faut ajouter le malus évoqué précédemment : 3 552 €. Prévoyez donc une enveloppe globale de 45 000 € quand même...

Quel coup de crayon de la part des designers Mazda !

Quel coup de crayon de la part des designers Mazda !

La planche de bord a elle aussi était particulièrement bien dessinée, avec ce côté épuré agréable.

La planche de bord a elle aussi était particulièrement bien dessinée, avec ce côté épuré agréable.

Kia ProCeed 1.6 T-GDI 204 ch ISG DCT7

Il y a quelques années, les Kia étaient sans grand intérêt. Mais ça, c'était avant ! Il suffit de regarder les dernières productions pour s'en convaincre et en particulier cette jolie ProCeed qui fait tourner la tête de nombreux fans de voiture. Si Kia propose déjà une version break (SW) de la Ceed, cette version alternative se veut moins consensuelle, avec son petit air de shooting break (ou break de chasse en français) très agréable à regarder. Quand on s'intéresse avant tout au style, il arrive que l'on néglige les aspects pratiques, et en particulier le volume de chargement. Heureusement, dans le cas présent, il n'en est rien. Le coffre est capable d'accueillir près de 600 litres de bagages. Seuls les plus grands risquent de se taper la tête contre le toit à l'arrière, du fait de la ligne de pavillon plongeante... Sur la route, cette coréenne n'a pas grand-chose à envier aux meilleurs, Kia ayant réalisé des progrès considérables à ce niveau. Et avec son 4-cylindres turbo essence de 204 ch, les accélérations sont bonnes, avec notamment un 0 à 100 km/h effectué en 7.5 s et des reprises appréciables grâce au couple disponible. Terminons avec la consommation : si ce n'est pas le moins gourmand de ce comparatif, sa consommation mixte s'établit à 6.8 L/100 km, ce qui reste très correct pour un moteur essence 100 % thermique de cette puissance.

 

Prix : uniquement disponible en boîte auto DCT 7 rapports, ce joli break ProCeed se négocie au tarif de 36 590 €. Avec 153 g de CO2/km, le malus écolo s'établit à 818 €. Au final, malgré ce surcoût qu'il devrait être facile de négocier en sollicitant une remise lors de l'achat, c'est presque une bonne affaire. Garantie de 7 ans ou 150 000 km en prime. 
 

La finition GT ajoute beaucoup à la personnalité du break coréen.

La finition GT ajoute beaucoup à la personnalité du break coréen.

Un habitable un peu austère mais à la qualité devenue relativement bonne.

Un habitable un peu austère mais à la qualité devenue relativement bonne.

Peugeot 308 III SW

Si la Peugeot 308 2ème génération était clairement une référence sur la route mais aussi en termes de capacité de chargement, la nouvelle venue devrait vraisemblablement conserver ces qualités tout en éliminant les quelques défauts dont elle souffrait, notamment sa ligne un peu lourde... Malgré l'arrivée de l'hybridation rechargeable, désormais indispensable dans une gamme, le coffre ne devrait pas être aussi sévèrement amputé que ses principales concurrentes. On annonce un volume digne d'un vrai break, de l'ordre de 650 litres. Avec la version PHEV maison de 225 ch, il est probable que les performances seront d'un bon niveau. Voilà une proposition française qui risque de bouleverser le segment...

En conclusion

Concilier plaisir de conduite et vie de famille, c'est heureusement possible comme le prouvent les modèles ci-dessus. Mais, vous l'aurez compris, ce plaisir passe désormais par la technologie hybride. Une technologie qui est synonyme de prise de poids, ce qui a souvent pour conséquence un comportement routier plus pataud, et qui diminue le volume de coffre d'au moins 20 %. Une évolution à laquelle il faudra s'habituer mais qui a l'avantage de continuer à nous faire profiter de bonnes performances tout en limitant les émissions polluantes (en apparence au moins)... Les années 2021, 2022 devraient faire la part belle aux offres hybrides rechargeables, mais dès 2023/2024, il est probable que des versions 100 % électriques apparaissent avec des autonomies grandissantes, ce qui constitue pour le moment leur point faible.

Si vous voyez d'autres modèles intéressants, n'hésitez pas à les mentionner en commentaires.

Vous n'avez pas besoin d'un grand coffre ? Alors optez pour une compacte qui a du nerf :

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article