5 mythes sur l'assurance auto : vrai ou faux ?

5 mythes sur l'assurance auto : vrai ou faux ?

Face aux nombreuses idées reçues autour de l'assurance auto, il devient difficile de distinguer le vrai du faux. C'est pourquoi je vous invite à démystifier certaines légendes les plus courantes sur ce type de couverture. Quels sont les facteurs pouvant faire grimper vos primes d'assurance (couleur du véhicule, âge du conducteur, accident…) ? Une assurance habitation peut-elle couvrir un vol dans une voiture ? Les véhicules haut de gamme sont-ils assurables ?

 

Les voitures rouges coûtent plus cher à assurer

La couleur de votre véhicule n'a pas d'impact sur le montant de vos primes d'assurance auto. Je vous rappelle toutefois qu'il s'agissait d'un des critères de fixation des prix de couverture de voitures avant 1990. À cette époque, les souscripteurs devaient remplir la case « couleur » sur le formulaire d'une demande de devis d'assurance. Selon les experts, la raison de la surprime était le taux de sinistralité élevé des conducteurs de véhicules rouges.

Pourquoi donc ce critère de couleur n'influence plus aujourd'hui le prix d'une assurance auto ? Les accidents causés par ces voitures tape-à-l'œil sont-ils désormais moins nombreux ? La réponse est non. Leur taux de sinistralité reste toujours important. Selon une étude de CarVertical, 60 % des voitures rouges référencées sur le site ont subi un accident. Cela est lié au fait que ce sont surtout les véhicules sportifs qui sont peints de cette couleur. Le non-respect de la vitesse autorisée est donc fréquent.

En réalité, les assureurs ont décidé de ne plus prendre ce critère en compte. Il n'est pas évident de présenter des tarifications différentes pour toutes les nuances de couleurs des véhicules existants. De plus, les voitures rouges sont rares de nos jours. En revanche, plusieurs autres facteurs sont considérés dans le calcul des tarifs d'assurance auto, dont les types de voitures à assurer, c'est-à-dire la marque, le modèle, etc. L'assureur tient aussi compte du profil du conducteur, de son adresse et de l'usage du véhicule.

5 mythes sur l'assurance auto : vrai ou faux ?

En l'absence de contraventions ou d'accidents, vous profitez d'un tarif d'assurance bas

Si vous n'avez eu aucune contravention et que vous n'êtes pas encore tenu responsable d'un accident, alors votre taux de sinistralité reste bas. Les assureurs vous considèrent donc comme un bon conducteur. Cela a certainement un effet positif sur vos primes d'assurance auto. Vous paierez moins que les conducteurs présentant des risques élevés.

Par contre, si vous obtenez des contraventions pour excès de vitesse, celles-ci sont inscrites dans votre dossier de conduite durant trois ans. Ainsi, elles peuvent faire augmenter vos primes d'assurance auto. Notons que l'excès de vitesse est considéré comme une infraction au Code de la route. Cependant, une contravention par radar photo n'affecte pas le tarif de votre couverture. De même, les contraventions de stationnement n'ont aucun impact sur vos primes d'assurance automobile. Cette faute n'est pas liée à la conduite.

Si vous avez des antécédents d'accidents, ceux-ci sont inscrits sur votre dossier de conduite. Ce document retrace les sinistres des cinq dernières années ainsi que le coefficient bonus/malus. Ce dernier influence significativement le tarif de votre assurance. Un malus auto entraîne notamment une augmentation du coût de votre couverture. Inversement, un bonus vous permet de percevoir une réduction assez importante.

 

Les jeunes conducteurs paient des primes d'assurance auto plus élevées

C'est bien la réalité ! Les assureurs infligent généralement des primes d'assurance auto plus élevées aux jeunes conducteurs. Ces derniers ont généralement moins d'expérience de conduite que les autres profils d'automobilistes. Ils présentent en effet plus de risques pour les assureurs. Leur manque de maturité au volant les expose davantage aux risques d'accident de la circulation. Les accidents occasionnés par les jeunes conducteurs sont dus principalement à :

  • l'excès de vitesse,
  • la prise d'alcool et de stupéfiants,
  • la distraction au volant,
  • la fatigue.

Selon les chiffres de la Sécurité routière en février 2022, les jeunes conducteurs sont responsables d'environ 18 % de la mortalité routière. En raison de ce taux de sinistralité important, couvrir ces automobilistes peu expérimentés coûte cher aux compagnies d'assurance. C'est pourquoi leur prime est plus élevée. Il est bon de souligner que la surprime est fixée à 100 % du tarif de référence du jeune conducteur la première année. Elle descend à 50 % l'année suivante, puis à 25 %.

En fonction de l'établissement assureur, l'âge du conducteur ou le nombre d'années de conduite avec un permis sont pris en compte. Vous pouvez trouver des offres d'assurance auto spécifiques pour les jeunes automobilistes sur le marché. Il est à noter que bien d'autres facteurs influencent le tarif d'une assurance auto, notamment l'inflation, les taxes, les marchés, etc.

 

L'assurance habitation vous couvre en cas de vol dans votre voiture

Votre voiture a été garée dans votre garage ou près de chez vous ? Un vol est survenu dans ce véhicule. Que faire ? Après une déposition à la police, quel contrat d'assurance prendra en charge ce sinistre (habitation ou auto) ? Votre assurance habitation peut couvrir un vol dans votre voiture sous certaines conditions.

En effet, la garantie « vol » de votre assurance habitation peut couvrir les biens volés qui ne sont pas rattachés au véhicule. Il peut s'agir d'un ordinateur, d'un appareil photo ou d'un équipement sportif que vous avez laissé dans votre voiture. Votre assureur vous demande de lui envoyer des preuves et des factures d'achat des biens volés afin de faciliter leur remplacement.

En revanche, votre assurance auto couvrira les biens volés s'ils sont rattachés à votre véhicule ou s'ils servent même à son utilisation. Il s'agit notamment des accessoires d'automobile tels qu'un système audio. Si les biens volés appartiennent à quelqu'un d'autre que vous, votre assureur ne vous versera aucun dédommagement. C'est à l'assurance de la personne concernée d'intervenir.

5 mythes sur l'assurance auto : vrai ou faux ?

Certains modèles de véhicule haut de gamme ne sont pas assurés

C'est faux ! Tous les modèles de véhicules haut, moyen ou entrée de gamme sont assurables. Certes, tous les assureurs ne proposent pas des contrats adaptés aux voitures de luxe (Porsche, Venturi, Maserati, Ferrari, etc.). Deux options s'offrent à vous pour assurer votre véhicule haut de gamme, en l'occurrence :

  • souscrire une assurance auto classique et y ajouter les garanties supplémentaires dont vous avez besoin,
  • contracter une assurance auto haut de gamme comprenant des garanties personnalisées.

En règle générale, les compagnies d'assurance incitent les propriétaires de voitures de luxe à choisir une formule « tous risques ». Cette dernière couvre en même temps le conducteur et les dommages matériels que peut subir le véhicule. De plus, les assureurs imposent certaines conditions de sécurité. Par exemple, vous êtes tenu de garer le véhicule dans un endroit sécurisé et privatisé. Un système d'alarme doit être mis en place. Je tiens aussi à vous prévenir que les primes d'assurance auto haut de gamme sont particulièrement élevées. Il convient de comparer plusieurs offres de couverture avant d'effectuer votre souscription.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article