Essai Hyundai Kona 1.0 T-GDI 120 ch Executive

Essai Hyundai Kona 1.0 T-GDI 120 ch Executive

Kona ! Non, ce n’est pas une insulte (il serait tentant d’ajouter un « s » ou un « r » à la fin…). En réalité, il s’agit du tout nouveau crossover urbain développé par Hyundai. C’est une première pour la marque coréenne qui n’en disposait pas encore. Ce nouveau modèle viendra épauler pendant quelques mois encore le petit monospace IX20 qui n’a jamais vraiment rencontré le succès chez nous. Espérons que le dernier venu ait la chance de connaître une carrière plus brillante…

 

 

La clé du succès pour un SUV : un design attrayant

 

Dans la jungle des crossovers urbains (et des crossovers en général), se faire une place au soleil devient très difficile. La concurrence est désormais rude et se démarquer devient compliqué. Pourtant le Kona ne devrait avoir aucun mal à se faire remarquer. Car depuis que le centre de style du constructeur coréen s’est installé en Europe, le design est de plus en plus avenant. Affichant une ligne dynamique, jeune, équipé de superbes jantes (18 pouces) et de gros pneus, présentant une jolie calandre surplombée par des optiques finement dessinés, le dernier venu dans la famille Hyundai sait se faire remarquer ! Dans ce segment ultra concurrentiel, le style est le critère d’achat numéro un et ça, Hyundai l’a bien compris.

Joli ce Hyundai Kona, non ?Joli ce Hyundai Kona, non ?

Joli ce Hyundai Kona, non ?

Le coloris bi-ton, noir et bleu lagon, de ce modèle d’essai augmente considérablement le sex-appeal de ce petit SUV. A mon avis, cette configuration sera très prisée par les futurs acheteurs…

Sous cet angle, le Kona ressemble beaucoup au Tucson. Mais contrairement à son grand frère, ses dimensions sont étudiées pour le milieu urbain

Sous cet angle, le Kona ressemble beaucoup au Tucson. Mais contrairement à son grand frère, ses dimensions sont étudiées pour le milieu urbain

Le Hyundai Kona propose un intérieur accueillant malgré des plastiques basiques

 

Etre beau, c’est bien, mais être confortable, pratique et agréable à conduire, c’est mieux. A ce niveau-là, il y a de bonnes choses et des moins bonnes.

Disposant d’un certain nombre de rangements, de commandes qui tombent facilement sous la main, le coréen sait recevoir. Faisant face à une planche de bord au dessin à la fois sobre mais élégant, une chose attire l’œil immédiatement : l’immense écran tactile disposé tout en haut de la console centrale. Une disposition très la mode, qui permet d’avoir l’écran à porter d’yeux, mais qui donne l’impression d’avoir été ajouté au dernier moment, un peu comme un GPS nomade il y a quelques années.

Ambiance très noire dans l'habitacle du SUV coréen. Dommage que les plastiques manquent un peu de cachet...Ambiance très noire dans l'habitacle du SUV coréen. Dommage que les plastiques manquent un peu de cachet...
Ambiance très noire dans l'habitacle du SUV coréen. Dommage que les plastiques manquent un peu de cachet...Ambiance très noire dans l'habitacle du SUV coréen. Dommage que les plastiques manquent un peu de cachet...

Ambiance très noire dans l'habitacle du SUV coréen. Dommage que les plastiques manquent un peu de cachet...

Une dernière chose : le noir domine dans cet habitacle ce qui pourra déplaire à certains. Heureusement, il est possible d’ajouter quelques (discrets) inserts de couleurs pour égayer l’ensemble.

A l'intérieur, les possibilités de personnalisation demeurent assez réduites

A l'intérieur, les possibilités de personnalisation demeurent assez réduites

Passons sur ce détail pour nous intéresser à la qualité de fabrication. Et c’est là où les choses se gâtent ! En « bonne » coréenne (et asiatique en règle générale), la qualité des plastiques est plutôt basique. En revanche, les assemblages semblent faits pour durer. A ce niveau-là, il n’y a rien à dire.

Pour en finir avec les aspects visuels, signalons la présence d’un très pratique affichage tête haute dont on a du mal à se passer quand on y a goûté.

Pratique l'affichage tête-haute !

Pratique l'affichage tête-haute !

De l’espace mais une banquette arrière ferme

 

En termes d’habitabilité, l’espace réservé aux passagers arrière est plus que correct et le coffre de 360 litres se situe dans la bonne moyenne de la catégorie. Signalons simplement que la banquette arrière se montre ferme voire carrément inconfortable pour le passager du milieu.

Pas le plus spacieux ce Kona, mais suffisant pour une petite famillePas le plus spacieux ce Kona, mais suffisant pour une petite famille

Pas le plus spacieux ce Kona, mais suffisant pour une petite famille

Une bonne tenue de route mais un moteur qui manque un peu de dynamisme

 

Il est maintenant temps de passer au test dynamique. Bien installé dans un siège conducteur confortable et qui propose un bon maintien, les premiers kilomètres s’annoncent prometteurs. Prometteurs également car le moteur essence maison doté de 3 cylindres, d’un turbo et développant 120 chevaux, sait se montrer discret au démarrage et continue à épargner les oreilles en conduite normale (un peu moins dans les tours). Prometteurs enfin car la tenue de route se montre particulièrement efficace et sûre. Même un rond-pond pris à vive allure n’a pas eu raison de son train arrière. Les enchainements de virages ne font absolument pas peur à ce châssis particulièrement bien réglé. Un bon point ! 

Malheureusement, les débuts prometteurs ont vite été ternis par le confort de marche proposé par le Kona. Le problème ne vient pas de ses suspensions qui offrent un confort correct, mais tout simplement de sa monte pneumatique. Dans cette finition haute Executive, de superbes jantes de 18 pouces vous sont proposées mais ce sont elles ainsi que les pneus semi-taille basse associés qui sont responsables de cet inconfort. Un conseil pour préserver votre dos : optez pour une monte pneumatique inférieure qui vous permettra de moins ressentir les plaques d’égout et les raccords de la chaussée.

Jolies ces jantes de 18 pouces, n'est-ce pas ? Il faudra simplement s'habituer à un confort typé ferme...

Jolies ces jantes de 18 pouces, n'est-ce pas ? Il faudra simplement s'habituer à un confort typé ferme...

Un dernier mot avant d’en terminer avec ce chapitre conduite, le moteur, même s’il se montre agréable, n’offre pas les performances auxquelles on aurait pu s’attendre en regardant la fiche technique. Le 0 à 100 km/h n’est effectué qu’en 12 secondes, là où la plupart de ses concurrents mettent à peine 10 secondes pour effectuer le même exercice. Les impressions au volant confirment les mesures effectuées par Hyundai, notamment en reprises, où l’ensemble manque un peu de peps. Il faut dire que le coréen est lourd avec ses 1300 kg sur la balance ce qui a également un impact sur la consommation, notamment en conduite sportive. Malgré tout, cette motorisation essence d’entrée de gamme se montre suffisamment polyvalente. La seconde motorisation essence développant 177 ch restera confidentielle en raison du malus écologique dont les critères se sont particulièrement durcis depuis le 1er janvier 2018. Sachez enfin que les versions diesel, hybride et électrique seront présentées au cours de l’année.

Agréable à manipuler le levier de vitesses du Kona.

Agréable à manipuler le levier de vitesses du Kona.

Une version d’entrée de gamme un peu chère mais très bien équipée

 

Si le crossover coréen s’avère particulièrement bien équipé sur cette finition haut de gamme Executive, le second niveau de finition baptisé Intuitive (qui faisait office d'entrée de gamme au lancement, rôle obtenu désormais par la version d'appel Initia) n’est pas à négliger car il permet d’avoir accès à de très nombreux équipements. Parmi les plus importants, on peut citer les jantes alliages de 17 pouces (offrant un confort bien meilleur), de l’aide au démarrage en côte, de l’allumage automatique des feux et des essuie-glaces, de l’assistance active au maintien de voie, du contrôle de la vitesse en descente, de la détection de fatigue du conducteur, de l’aide au stationnement à l’arrière, de la caméra de recul, de l’ordinateur de bord, du régulateur/limiteur de vitesse, de la climatisation automatique et du système multimédia avec écran de 7 pouces (au lieu de 8). Excusez du peu ! Au final, seul le GPS pourrait éventuellement manquer mais si vous disposez d’un smartphone, vous n’aurez aucune difficulté à le relier au système de la voiture et ainsi profiter d’un guidage gratuit.

Malgré une bonne rétrovision (c'est devenu rare...), la caméra de recul s'avère pratique

Malgré une bonne rétrovision (c'est devenu rare...), la caméra de recul s'avère pratique

Sachant que le prix de la version Intuitive s’élève à 21 750 € (tarif 2019) et que celui de la version la plus haute s’élève à 26 350 €, il y a fort à parier que les clients hésiteront à investir les 4600 € supplémentaires que demande la version Executive, sauf s’ils souhaitent personnaliser leur véhicule à leur guise. A titre de comparaison, le Renault Captur TCe 130 ch est proposé au prix de 20 950 € en finition d’entrée de gamme Zen. C’est certes un peu moins cher mais le français est beaucoup moins bien doté. 

 

 

L’impact du malus écologique 2019 sur le Hyundai Kona

 

Pour conclure sur l’aspect financier, sachez que ce moteur est malheureusement pénalisé par le malus 2019. Même avec seulement 125 g de CO2 au kilomètre, faire l’acquisition du Kona vous coûtera désormais 75 € de plus (au lieu de 113 € en 2018), somme qui devrait facilement être prise en charge par le concessionnaire au cours de la négociation.

 

Une dernière chose : Hyundai propose sur tous ses véhicules une garantie de 5 ans kilométrage illimité (seulement 3 ans pour les loueurs et taxis et 2 ans si véhicule acheté hors réseau). Rassurant, non ?

 

 

EN CONCLUSION

 

Beau, il l’est. Pratique, habitable et bien équipé, il l’est aussi. Agréable à conduire, il l’est également. Alors que manque-t-il au Kona pour être parfait ? De meilleures performances et une qualité perçue supérieure. Hyundai a fait des progrès étonnants ces dernières années, au point de pouvoir désormais inquiéter sérieusement les constructeurs européens.

Partager cet article

Commenter cet article

Quinçaine david 26/03/2020 08:47

article interessant, à priori objectif... ce n'est pas une mauvaise voiture, loin de là, mais toujours et encore la promotion de SUV qui plus est asiatique? on commence à voir des essais de voitures chinoise vendues sur la toile, en vantant un tarif attrayant! certes de prime abord, mais pour le reste? nos marques européennes, un peu de chauvinisme comme les américains ou asiatiques, ça aide un peu l'emploi parfois, meme si bon nombre de voiture Française sont produites à l'étranger, mais pas toute!