Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Essai Renault Twingo 3 tce 90 ch Intens

par essaisautos 1 Avril 2017, 04:30 essais

Essai Renault Twingo 3 tce 90 ch Intens

Qui ne connaît pas la Twingo ? La première avait beaucoup étonné lors de sa sortie en 1993. Pour la seconde, Renault avait été beaucoup plus consensuel, en choisissant de rompre totalement avec le côté ludique et pratique de sa devancière. Avec cette troisième version, la marque au losange fait preuve de beaucoup plus d’audace sur le plan stylistique comme sur le plan technique…

 

A VIVRE

 

Cette Twingo 3 ne passe pas inaperçue dans le paysage automobile, c’est indéniable. A sa sortie, certains lui trouvaient un petit air de ressemblance avec la Fiat 500. Même si officiellement, c'est la Renault 5 qui a inspiré les designers Renault, il n'est pas impossible que ces derniers aient regardé également du côté de l'italienne lorsqu'ils ont dessiné le profil de la française... Qu'importe, le rendu final est très sympathique !

Essai Renault Twingo 3 tce 90 ch Intens

A l’intérieur, la présentation est plutôt agréable, jeune et dynamique. Malheureusement, les louanges s’arrêtent là car même sur cette version haute, les plastiques font vraiment cheap et les assemblages sont parfois grossiers. Notre version d’essai n’avait que 2000 km au compteur et des bruits de mobilier se faisaient déjà entendre. A ce niveau-là, cette Twingo 3 marque clairement le pas par rapport à la version précédente.

Essai Renault Twingo 3 tce 90 ch IntensEssai Renault Twingo 3 tce 90 ch Intens

A l’arrière, il y a de la place pour les jambes, c’est même plutôt étonnant compte tenu de la longueur de cette petite auto (3.59 m). En fait, cette bonne habitabilité a été obtenue grâce à un empattement (l’espace entre le centre de la roue avant et celui de la roue arrière) supérieur à la moyenne de la catégorie.

Les vitres arrière sont à compas. Pas très pratique mais moins coûteux...Les vitres arrière sont à compas. Pas très pratique mais moins coûteux...

Les vitres arrière sont à compas. Pas très pratique mais moins coûteux...

Et le coffre dans tout ça ? Eh bien, sans être très grand, il demeure dans la moyenne de la catégorie en proposant environ 200 litres de chargement. Il n’a que deux petits défauts : son seuil de chargement est assez haut car il est situé au dessus du moteur et si vous ne bénéficiez pas du déverrouillage du coffre à distance, il faudra alors appuyer sur le bouton caché juste au dessus de la plaque d’immatriculation. Ce n’est pas particulièrement pratique et ce fameux bouton sera continuellement sale compte tenu de son emplacement.

Essai Renault Twingo 3 tce 90 ch IntensEssai Renault Twingo 3 tce 90 ch Intens

Une dernière chose concernant le coffre : sur les premiers modèles, le moteur avait tendance à générer de la chaleur et ainsi chauffer son contenu. Soyez rassurés, Renault a réagi et installe désormais une mousse isolante plus épaisse afin d’éviter ce petit désagrément.

Essai Renault Twingo 3 tce 90 ch Intens

Vous allez me dire, mais à quoi sert l’avant ? Eh bien, à presque rien. Il n’y a aucun rangement supplémentaire comme on aurait pu l’espérer. Il s’agit simplement d’une zone de déformation en cas d’accident. En revanche, comme le moteur n’est pas facile d’accès, le capot glisse afin de permettre les opérations classiques de mise à niveau des liquides de frein et de refroidissement.

Pour faire glisser le capot, il suffit de retirer les caches de part et d'autre de la calandre puis d'insérer la clé de contact

Pour faire glisser le capot, il suffit de retirer les caches de part et d'autre de la calandre puis d'insérer la clé de contact

A CONDUIRE

 

Nous en avons parlé brièvement au-dessus, la particularité technique de cette Twingo 3 ème du nom réside dans son moteur installé à l’arrière. Pourquoi avoir opté pour une telle architecture ? Tout simplement pour favoriser les manœuvres car l’espace gagné à l’avant profite aux roues qui bénéficient ainsi d’une plus grande amplitude. Et pour l’avoir testé en ville, c’est clairement un atout et c’est finalement ce qu’on attend lorsqu’on conduit une citadine.

Que ceux qui craignent pour la tenue de route se rassurent, cette Twingo présente un comportement très rassurant malgré son moteur situé à l’arrière et ses roues arrière motrices. En augmentant sérieusement le rythme, un léger sous-virage (la voiture a tendance à élargir la trajectoire désirée) se fait ressentir dans un premier temps. Et même si malgré tout, vous continuez à la pousser dans ses retranchements, l’antidérapage ESP livré de série (dès la finition d’entrée de gamme) interviendra immédiatement dès que le train arrière commencera à glisser (phénomène de survirage). Finalement, le seul véritable défaut de cette Twingo provient de sa sensibilité au vent latéral.

Essai Renault Twingo 3 tce 90 ch Intens

Comme sur la Twingo 2, le confort n’a pas été oublié, les suspensions un peu fermes mais bien calibrées épargnent votre dos. Il n’y a finalement que les sièges qui n’offrent pas le maintien attendu, ce qui est souvent le cas sur les citadines.

C’est d’autant plus dommage que cette Twingo 3 pourra vous emmener en week-end sans le moindre problème grâce à son moteur TCE développant 90 ch. Ce 3 cylindres turbo, à la sonorité métallique, lui offre des performances de petite bombinette. Particulièrement dynamique sur les 3 premiers rapports, les montées en régime sont franches et ce moteur n’a pas peur de monter dans les tours. Ceci dit, il faut composer avec un creux assez net à bas régime, ce qui accentue la sensation de performances une fois que le turbo se déclenche, mais qui peut s’avérer gênant en ville.

Autre petit grief : il distille quelques à-coups désagréables à chaque relance. C’est dommage car sur la Dacia Sandero essayée il y a quelques temps, ce TCE 90 était dépourvu de ce défaut.

Coté consommations, comme d’habitude, Renault annonce des chiffres très optimistes. Avec en théorie une consommation mixte de 4.3 l / 100 km, il faudra prévoir entre 5 l et 5.5 l de SP95 à condition de ne pas trop solliciter le moteur qui ne demande que ça...

 

A ACHETER

 

Notre Twingo TCE 90 ch, ici en finition Intens, est facturée au prix de 14 600 € avec un équipement correct mais pas exceptionnel pour autant. Ainsi, vous bénéficierez du régulateur/limiteur de vitesse, de la climatisation manuelle, de l’ordinateur de bord, de belles jantes et de quelques touches stylistiques supplémentaires. Par rapport à la concurrence, Renault marque clairement le pas en termes de connectivité.

Si vous disposez d’un budget plus limité, Renault propose un moteur atmosphérique (sans turbo) de 70 ch qui est principalement destiné à la ville compte tenu de ses performances plus limitées. Mais au moins, elle permet de profiter des qualités de cette Twingo 3 pour « seulement » 11 100 €, ce qui reste relativement cher comparé à la concurrence.

 

EN CONCLUSION

 

Jolie, cette Twingo 3 l’est ! Elle profite également d’un excellent rayon de braquage et propose un espace et un niveau de confort appréciables, ce qui fait d’elle l’une des meilleures citadines actuelles. Equipé de ce moteur de 90 ch, elle offre en plus une réelle polyvalence. Dommage qu’elle soit un peu chère et insuffisamment équipée.

commentaires

Ced 11/09/2017 16:07

Nous avons ce modèle depuis le mois de Mars avec l'option R-Link/caméra. Sauf que nous avons pris le 90 cv couplé à la boite Edc. Nous avions cette boite sur Mégane 3 et c'était du bonheur. Cette boite gomme tous les défauts de la boite manu. Cette Twingo 3 se transforme en un véritable petit monstre quand on commence à la titiller. Ça devient même amusant à conduire. Après il faut effectivement regarder sa consommation. Le R-link fait un bilan de fin de parcours à chaque arrêt. Et "taper dedans" ne pardonne pas. Le bruit du pot d'échappement est terrible. Même sans accélérer elle fait un bruit de kart! Les plus râleurs viendront dire qu'il manque les palettes au volant. Mais bon, ça reste une Twingo 3 Intens, pas une RS! Même si son petit arrière train fait terriblement penser à la R5 GT Turbo. Vraiment à essayer en Edc.

Nikolas 27/05/2017 10:22

Pour avoir eu la même version en véhicule de prêt quand mon Pontiac Trans Sport est parti en carrosserie, et à l'époque pour faire 45minutes de route (70kms) pour le travail en montagne, cette twingo a été une horreur, ca n'avance pas, même ma vieille Renault 9 GTL 1.4 de 1987 fait mieux ... Des vibrations de partout, et en effet, le coffre une chaudière, pratique pour décongeler remarque ... En terme de connectivité, elle est dans l'air du temps, la petite Fiat Panda 3 fait mieux à mon gout, et avec les vitres arrières qui s'ouvrent. Jolie d'aspect cette Twingo, c'est la seule chose qu'elle à, le modèle que j'avais eu n'avais que 500kms, et d'une conso d'environ 10L, obliger de taper dedans, ca n'avance pas :/ Dommage elle était dans la ligne pour prendre le relais de la 9 ... qui roulera encore un long moment je pense :) De plus les prix pratiqué sont assez élevé, je me rappel de notre ancienne Twingo Cinetic (auto) avec toit ouvrant vitré, anti brouillard, clim et vitres electriques, acheté chez Renault et livré à la maison pour seulement 9.800€ en 2001.

essaisautos 27/05/2017 23:24

Vous avez certainement eu l'une des premières versions de cette Twingo 3. Grâce à sa nouvelle mousse isolante plus épaisse, la chaleur du moteur ne vient plus réchauffer le contenu du coffre... Je suppose également que vous avez eu le petit moteur d'entrée de gamme qui est dénué de turbo et qui ne développe que 70 ch...

Yann 03/04/2017 11:27

Par rapport à la première twingo, Renault a vraiment fait des efforts sur le design. Je la trouve magnifique !!!

essaisautos 04/05/2017 08:43

Oui elle est très réussie ! Certains lui reprochent d'avoir une tenue de route trop placide alors que l'installation du moteur à l'arrière et le "choix" de la propulsion auraient pu laisser espérer un comportement beaucoup plus dynamique voire sportif... Mais ce n'est plus dans l'air du temps...

Haut de page